Lundi 26 janvier 2009 1 26 /01 /Jan /2009 20:40

Ce jour là, le jeune homme s’était mis sur son 31 pour son premier entretien d’embauche suite à la sortie de son école. Il habitait encore chez sa mère. Avant son départ, elle vérifia que sa tenue était impeccable : chaussures noires bien cirées, cravate bien ajustée, costume bien mis et sans faux pli. Le jeune homme était oppressé par la présence de sa mère qui était toujours sur son dos.  Mais il ne connaissait que cette seule présence féminine, omniprésente depuis sa naissance, voir étouffante.

Enfin l’heure du départ sonna, il embrassa machinalement sa mère et le ventre noué, se dirigea vers l’arrêt d’autobus. Dans l’autobus, une jolie jeune femme regardait cet homme qui était loin de laisser indifférent la gente féminine, et qui plus est, avait un certain charisme en costume. Il croisa les yeux de cette voyageuse, elle lui sourit, mais celui-ci baissa immédiatement les yeux et se mit à rougir.

Enfin l’arrêt de bus, il descendit et sa gorge se noua. Mais d’un pas décidé se rendit à l’adresse de l’annonce, ayant déjà eu un premier entretien téléphonique avec un homme qui s’était présentait comme étant le DRH de cette PME.

Il se présenta à l’hôtesse d’accueil et celle-ci le conduisit dans une salle de réunion. Il attendit dans cette salle plusieurs dizaines de minutes. Quant soudain, une Femme d’une trentaine d’année se présenta à lui, d’une voix douce mais ne prêtant pas à discussion : «  Je me présente je suis Mademoiselle K. et je vais réaliser votre entretien ». Le garçon était à la fois troublé par l’importance de l’enjeu et la beauté de cette Dame : Elle était de noir vêtue sauf le chemisier blanc, qui tranchait par rapport à la couleur de sa jupe droite et son gilet, des escarpins vernis….

Le jeune homme bredouilla : « bonjour je suis Bruno G., j’attends le DRH pour un entretien… ». De suite la voix ferme de la Dame le coupa : « je suis la DRH….et c’est mon collègue qui m’a demandé de vous rencontrer ». Le jeune homme essaya de bredouiller des excuses mais la DRH y mis vite un terme.

L’entretien se déroula comme tous les entretiens de ce type, le seul élément notable fût l’extrême gêne du jeune homme ainsi qu’une érection assez persistante durant celui-ci. La DRH ne pût pas ne pas la remarquer, et lui fît remarquer plusieurs fois durant l’entretien. A la fin de l’entretien, la DRH raccompagna le jeune homme sans jeter un coup d’œil persistant sur la  protubérance au niveau du sexe. Elle conclut de la façon suivante : « merci Monsieur GARDE de vous être déplacé, mais je ne veux point vous laisser beaucoup d’espoir quant à la suite que j’y compte y donner. Je vous confirmerais ma réponse définitive par téléphone sous trois jours ».

Le jeune homme rentra chez lui, avec l’âme en peine, et s’en voulant énormément de la prestation qu’il avait fournie, notamment pour avoir laissé son esprit s’enflammer au vue de cette belle Dame. Il avait vraiment besoin de trouver un travail pour pouvoir rembourser au plus vite un prêt étudiant qu’il avait dû contracter, et ainsi pouvoir quitter l’appartement de sa mère.

Le Lendemain de cette piteuse prestation, le jeune homme vaquait à ses recherches d’emploi sur internet quand le téléphone sonna. Comme d’habitude, sa mère décrocha le téléphone et appela son fils en lui disant : « c’est Mademoiselle K. qui veux te parler ». Le jeune homme pensa que la décision ne fut pas longue à prendre au regard de sa médiocre prestation.

Le jeune  homme prit le combiné et dit : « Madame K., je vous remercie de m’appeler et je suppose que votre réponse….. ». Mademoiselle K. interrompit sèchement le jeune en lui disant : « Jeune homme, il va falloir apprendre à vous taire quand je vous appelle et à ne plus m’appeler Madame mais Mademoiselle. J’ai horreur que mes collègues me nomment Madame ». Le jeune homme resta narquois mais en se souvenant de sa prestation d’hier repris vite le dessus : « Est-ce à dire Madame, heu je vous pris de m’excuser Mademoiselle… », « C’est mieux ainsi » reprit Mademoiselle K., « que vous acceptez ma candidature ? ». Mademoiselle K. rétorqua : « Ne me faites pas regretter mon choix, vous devez apprendre à écouter ce que je dis et à ne pas me faire perdre mon temps en vous le répétant une seconde fois ». Le jeune homme ne pût dire que « Bien Mademoiselle !» et se surprit à demander « Quand dois-je rentrer à votre service Mademoiselle ? ». Le jeune homme ne pût percevoir le sourire narquois de Mademoiselle K.  à l’entente de cette question. « A mon service pas encore….mais pour la société dès maintenant car j’ai horreur d’attendre ». Le jeune homme s’aperçut immédiatement de sa bévue mais ne releva pas, et cette phrase lui procura un stimulus intellectuel et une bonne érection. La conversation téléphonique se termina sur ces mots : « je vous attends d’ici 45 minutes, et ne soyez pas en retard, car je pourrais réviser ma position » et la communication prit fin sans plus de politesse échangée.

Raccrochant le combiné rapidement et criant à sa mère : « je suis embauché maman », il courut dans la salle de bain pour se préparer rapidement. Il remit ensuite le même costume un peu fripé de la veille. Enfin il courut à l’arrêt de bus et arriva enfin à la société.

Il fût introduit très rapidement par l’hôtesse dans le bureau de Mademoiselle K.. La tenue de la DRH, qui l’attendait derrière son bureau,  attira de suite le regard du jeune homme : une jupe droite en cuir, une paire cuissardes, enfin supposait il, car il ne voyait même plus ces genoux et un chemisier légèrement transparent qui laissait percevoir une poitrine généreuse. Bien sûr, le regard de la DRH, se dirigea furtivement sur l’entrejambe du jeune homme, car elle adore savoir qu’elle provoque l’envie chez les hommes, et la protubérance qui se dessinait, fût à la hauteur des ces espérances.

La DRH accueilli le jeune homme : « bonjour Bruno… », le jeune homme fronça les sourcils, et la DRH s’en aperçut immédiatement et dit : « Ha oui ne soit pas surpris Bruno, j’appelle tous mes collaborateurs par leur prénom et je les tutoie, en revanche, ils doivent me vouvoyer et m’appeler Mademoiselle K.. J’espère que cela ne te dérange pas Bruno, car si tel est le cas, tu peux repartir immédiatement, car je ne changerai pas mes habitudes pour un jeune premier. » Bruno était un peu déstabilisé mais répondu : « non Mademoiselle K., cela ne me dérange nullement ». La DRH ne s’attendant nullement à une autre réponse, répondit : « c’est bien Bruno, j’avais vu juste en te faisant venir ici. Bien passons aux choses importantes, ma collaboratrice va te conduire à ton bureau et tu vas remplir tous les papiers afin de finaliser ton embauche dans la société. Ensuite, je commencerai ta formation, pour ne pas dire ton éducation….car malheureusement, même avec tous vos diplômes, vous ne savez réellement pas faire grand-chose. »

Durant cette demi-journée, le jeune homme remplit tous les papiers afférents aux démarches administratives habituelles lors d’une embauche. Il ne revit pas Mademoiselle K., mais gardait le souvenir fantasmagorique de sa tenue. Cette Femme le troublait énormément par ces attitudes, ces paroles, ces habits. Il a toujours été attiré par les femmes de caractère, mais étant toujours puceau, ceci était un pur fantasme dans son esprit, et là il se surprit à penser et si cette Dame était une dominante, Oh mon Dieu que j’aimerai la servir !!! 

 

A suivre ..........

********************************************************************

Félicitations harri pour ce beau récit, les lecteurs seront impatients de lire la deuxième partie.

Mylady

Par Mylady - Publié dans : RECITS
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Profil

Recherche

Calendrier

Décembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
<< < > >>

Créer un Blog

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés